Plantes sauvages en ville

Niort

Niort (Photo credit: dynamosquito)

En centre-ville de Niort, sur les trottoirs, le long des murs, poussent des plantes sauvages. Mardi 14 mai 2013, des élèves de l’école élémentaire Jules-Michelet sont allés à leur découverte, dans le cadre d’une animation d’Education à l’environnement en vue d’un développement durable (EEDD).
Les 24 enfants, en classe de CP, ont suivi un parcours pédestre qui les a conduits de la rue de Pelet à la pelouse du Moulin du Roc, en passant par le quai de la Préfecture. Ils étaient accompagnés de leur institutrice, Odile Farhane-Hélas, et d’un des deux éco-animateurs de la Ville de Niort, Denis Gontier. Répartis par équipe de deux, ils devaient observer la végétation spontanée et tenter d’identifier les différentes plantes à l’aide d’un petit questionnaire illustré.
Crayon à la main, Marine s’est arrêtée devant un pissenlit encore en bouton et s’est accroupie pour mieux l’examiner. «C’est tout doux. J’ai trop envie de l’arracher…» lâche-t-elle. Sa copine Gabrielle la rappelle à l’ordre. «Nooon ! On n’a pas le droit !»

Source: vivre-a-niort.com

Advertisements

Angoulême: une nouvelle vitrine pour le tourisme rue des Postes

Angoulême Cathedral (1128)

Angoulême Cathedral (1128) (Photo credit: Wikipedia)

La ville doit valider ce soir en conseil municipal la création d’un Office du commerce rue des Postes. C’est aussi l’occasion pour l’Office du tourisme, à l’étroit place des Halles, de s’offrir plus de visibilité.

Finies les chaises musicales à l’Office du tourisme du Pays d’Angoulême. “Nous venons d’embaucher une commerciale chargée de trouver des congrès pour les grandes salles comme Carat. Sauf qu’elle travaille dans une salle qui sert à la fois de salle de réunion, de bureau et de lieu de repas”, explique le directeur Sylvain Couty, à la tête d’une structure qui emploie neuf personnes.

Ce soir, le conseil municipal d’Angoulême doit présenter le projet de création d’un Office du commerce, qui devrait employer deux personnes, mais surtout le déménagement de l’Office du tourisme, à l’étroit place des Halles et très peu visible pour les touristes.

Dans un premier temps, les élus espéraient une installation dans l’ancienne boutique Orange, en haut de la rue Hergé. Mais le loyer trop élevé a eu raison de cette volonté (lire ci-dessous).

Source:Charentelibre.fr

Jusqu’à samedi Niort se développe durable

Niort

Niort (Photo credit: dynamosquito)

Les Journées du développement durable s’ouvrent ce soir à Niort. Petite sélection (très arbitraire) des rendez-vous à ne pas louper.

La ville de Niort a inscrit sa politique sur les rails du développement durable. « Et ça n’a rien à voir avec du greenwashing , atteste l’adjoint ès qualité, Jacques Tapin. Nous travaillons simultanément sur le social, l’économique et l’environnement. Et c’est du concret. » Du concret qui veut se donner à voir à l’occasion (rêvée) de la Semaine nationale du développement durable, évidemment transposée à Niort en partenariat avec, notamment, le comité Agenda 21 .
Des visites, des rencontres, des conférences… grand public et gratuites.

Jusqu’au point d’orgue

Les festivités commencent dès ce soir, au Méga CGR, avec la projection du docu « Tous cobayes ! » de Jean-Paul Jaud : le réalisateur sera présent pour un échange avec le public. Ensuite, le rythme ira crescendo pour être à son maximum ce samedi 6 avril avec, notamment, de nombreux rendez-vous à l’hôtel de ville et au village du développement durable au pavillon Stéphane-Grappelli (ancien Pôle des métiers d’art, à la porte bleue) qui, de 10 h à 18 h, proposera des ateliers (fabrique de piège à frelon asiatique), du théâtre (avec la Radio du développement désirable), des rencontres avec les acteurs niortais du développement durable…

Source: la nouvelle republique

plan guide d’aménagement du cœur de l’agglomération

Ouvrir la ville vers le fleuve, mettre en valeur les berges de la Charente, redonner de l’espace aux piétons, développer de nouvelles activités, inviter à la promenade… C’est en s’appuyant sur ces grandes orientations que le cabinet Atelier Cité Architecture, retenu par la Ville pour structurer son schéma de cohérence et de programmation urbaine, a proposé de faire évoluer Angoulême.Il s’agit de réaliser un « plan guide » permettant de définir les grandes orientations d’aménagement du cœur de l’agglomération, en y intégrant notamment les actions publiques déjà engagées (pôle Magelis, ZAC gare, TCSP, projet urbain « Vivre la Ville », etc.) et la reconquête de friches urbaines (site inter quartiers GDF, Montauzier, île de Bourgines).

Par ailleurs, la Ville met en œuvre avec l’ADEME et le cabinet Sémaphores, une approche environnementale de l’urbanisme, dont les préconisations sont intégrées à ce schéma de cohérence. A cœur des préoccupations : énergie, mobilité et stationnement, eau et assainissement, déchets, environnement sonore, qualité de l’air des sols et sous-sols, biodiversité et paysage, risques. Cette définition des enjeux et objectifs environnementaux s’est construite en concertation avec les habitants, représentés au sein des conseils de quartier.

source : Angoulême